Imaginez la scène : un jour, vous vous réveillez dans un hôpital sans vous souvenir de ce qui s’est passé et vous découvrez avec horreur que votre main gauche n’est plus là. Les médecins disent que vous avez eu un accident de voiture et vous êtes maintenant une personne amputée. Après une récupération lente et douloureuse de la plaie, vous vous rendez compte que 99% de ce qui nous entoure est conçu pour être manipulé à la main et vous commencez donc à chercher des solutions pour retrouver, au moins partiellement, un fonctionnement autonome dans la vie quotidienne. Vous devez vous dire que la robotique et la médecine de rééducation peuvent vous aider.

Sur la suggestion d’un ami, vous vous aventurez dans la plus proche clinique de réadaptation, qui est enrôlée dans un programme gratuit financé par l’État pour les membres supérieurs handicapés et bénéficiant d’une prothèse mécatronique pour les mains et les poignets. La prothèse se raccorde parfaitement et de manière discrète à votre corps tout en exécutant exactement ce que vous voulez quand vous le voulez. Au début du programme, les actions ne sont parfois pas réalisées comme vous le souhaitez car votre prothèse nécessite un certain apprentissage. Cependant, après trois mois de pratique, vous avez oublié que c’est une prothèse et elle fait partie intégrante de votre corps.

Et maintenant, pour la triste réalité : chaque année, 1 900 nouvelles amputations de membres supérieurs surviennent en Europe pour une population de personnes handicapées aux alentours de 90 000. Alors que les prothèses de mains à doigts multiples sont apparues sur le marché clinique il y a environ huit ans, il existe peu d’espoir d’avoir un système de contrôle qui permettra aux patients de faire les choses esquissées ci-dessus. La situation devient encore plus difficile en cas d’amputation proximale, par exemple si vous avez perdu tout le bras, y compris l’épaule.

La perspective à long terme

De plus en plus, il y a des points de ventes qui offrent des prothèses ou des matériaux biocompatibles adaptifs. Selon nous, l’apprentissage progressif et l’éducation de la population sur le sujet seront les éléments clés pour améliorer l’acceptation des prothèses chez les amputés. Les taux d’abandon actuels sont étonnamment élevés et il n’existe pas de programme de réadaptation établi dans le monde, comme nous l’avons décrit au début de cet article.

À moyen et long terme, nous pourrons vendre des prothèses plus facilement et elles seront plus accessibles pour tous. D’ailleurs, elles ne cesseront jamais de s’adapter au patient et le et le pousseront à obtenir une synergie optimale avec un minimum de supervision de la part du patient. Nous voulons que les prothèses soient aussi indépendantes que possible.

Bonus : Technologies de numérisation 3D

Pour développer des prothèses qui fonctionnent très bien et qui correspondent à la condition de chaque patient, les praticiens auront besoin d’un logiciel de technologie médicale permettant d’effectuer des tests et de comparer les types de prothèses. Msoft propose un produit permettant à ses clients d’effectuer des numérisations très professionnelles en quelques étapes. D’ailleurs, vous pouvez mesurer, préparer et analyser vos résultats. C’est le moyen rapide et facile d’obtenir un fichier 3D que vous pouvez optimiser, adapter, fraiser ou imprimer en 3D. Bref, quel que soit votre projet de numérisation, Msoft fera le travail pour vous.

Les technologies de l’information telles que 3DsizeMe et Msoft, permettent d’obtenir des solutions de mesure du corps et et d’imagerie numérique adaptées aux différents segments de l’équipement et du marché. 

Source
Claudio Castellini. Robotics and AI. Frontiers blog. 2018. Living with a prothesis that learns : A case study in translational medicine  

Une meilleure prothèse du pied pour les pays en développement

Près de 95% des quelques 30 millions d’amputés dans les pays en développement n’ont pas accès aux prothèses. Apprenez en plus sur les prothèses du pied.

Une peau électronique permet aux amputés munis d’une prothèse de ressentir la douleur

Jusqu’au 20ème siècle, les prothèses étaient souvent des engins en bois lourds à la forme brute et aux fonctions très limitées, ce qui les rendait assez inutiles. Aujourd’hui, cependant, nous avons des prothèses que nous pouvons contrôler avec notre esprit, qui prédisent le mouvement et qui s’adaptent parfaitement à chaque personne grâce à l’impression 3D.

L’installation du logiciel Msoft 3.0

Dans cette vidéo, nous vous expliquons pas à pas comment installer le logiciel Msoft 3.0 de Techmed 3D pour PC! Pour en savoir plus sur nos produits et services, visitez www.techmed3d.com

Tout ce que vous devez savoir sur TechMed 3D